Le Palais Doria Pamphilj

Via del Corso, 304, 00187 Roma, Italia (0)
from/per person 40
  • Musées
  • Groupes acceptés
  • Skip-the-Line Access
  • Visite de 3 heures
  • Visite individuelle
Authorized travel agencies could book transportations, headphones and other additional services.

Description

Le Palais Doria Pamphili

La visite du Palais Doria Pamphili commence dans le cœur de Rome, à “via del Corso“, à quelques centaines de mètres de Place Venezia.
Le bâtiment que nous visiterons remonte à Giovanni Fazio Santorio, cardinal de Sainte Sabine, qui, entre 1505 et 1507, a ordonné la construction d’une résidence d’une importance considérable entre la via Lata et le Collège romain. En 1508, le Cardinal fut contraint par le pape Jules II della Rovere (1503 à 1513) de faire don du bâtiment à son neveu, Francesco Maria I della Rovere, duc d’Urbino à partir de 1508, qui s’installa à Rome avec sa femme, Eleonora Gonzaga.
Comme héritier de Francesco Maria, le fils Guidobaldo II hérita des fonctions publiques, les passant à son tour à son fils Francesco Maria II, époux de Lucrezia d’Este. Ce dernier laissa le palais à son oncle, le cardinal Giulio della Rovere.
Pietro Aldobrandini (1571-1621), cardinal depuis 1593, a acheté l’ensemble le 6 Octobre 1601. Le bâtiment a été évalué par son architecte, Giacomo della Porta, 40.000 couronnes, même si, en fin de compte, il lui fut laissé pour 5.000, ce grâce à son statut politique.
De 1601 à 1621, Aldobrandini fit continuellement effectuer des travaux. Jusqu’à la mort du cardinal (1621), l’architecte du bâtiment était Giovanni Antonio de Pomis, qui a été remplacé ensuite par Giovanni Pietro Moraldi, qui a terminé le chantier entre 1646 et 1648.
A la mort du cardinal Ippolito Aldobrandini (1638), la seule héritière fut Olimpia qui, en 1647, épousa son second mari, Camille Pamphilj, neveu du pape Innocent X.
Le travail effectué par Aldobrandini a continué sous Pamphilj, concentré à l’arrière du bâtiment (1653).
Les chambres officielles (ouvertes au public depuis 1996) se composent de chambres et antichambres, bordées de petites pièces.
A la mort de Camille (1666), sa femme et leurs enfants, Olimpia, Benedetto et Giovan Battista, continuèrent la construction, confirmant Antonio del Grande comme architecte. A partir de la mort du pape Innocent X, la famille Pamphili réside dans le bâtiment de la Via del Corso au lieu de vivre à la place Navone, comme le confirme la courte note donnée à Camille Pamphilj par Alexandre VII Chigi (16 Novembre 1657): le «droit d’être autorisé à vivre, sa vie durant, avec sa femme et sa famille, à l’extérieur du palais de la Place Navone, sans aucune clause d’extinction “. Le 10 septembre 1666, Alexandre VII renouvela la concession à Giovan Battista Pamphilj, le fils aîné de Camille.
A la mort sans héritier de Girolamo Pamphili en 1760 (le seul fils, Benoît, mourut sans enfant en 1750), s’ouvra le différent sur la succession entre les Borghèse et les Doria. Après avoir gagné le procès, la famille Doria fut contrainte par le Pape à venir à Rome et de résider dans le logement. Le premier à prendre résidence à Rome fut Giovanni Andrea IV, mais c’est seulement à son fils Andrea IV que sera accordée, en 1765, d’unir à son nom celui des Pamphili.

La Galerie Pamphili, l’objet principal de la visite, est située dans le palais homonyme et abrite un grand nombre de chefs-d’œuvre du XVIIème siècle: oeuvres du Caravage, Annibale Carracci, Guido Reni, Guercino, Jan Bruegel, Jusepe Ribera, Velázquez, Claude Lorrain, Gaspard Dughet, ainsi que d’importantes pièces de la Renaissance du Titien, Raphaël, Garofalo, Lorenzo Lotto, Pieter Bruegel, Corrège, Parmigianino. Parmi les peintures les plus célèbres sont à noter “La Magdaleine Pénitente” du Caravage, “la fuite en Egypte” d’Annibale Carracci et “le Double Portrait” de Raphaël.
Les peintures sont flanquées de bustes en marbre (dont certains ont été créés par Alessandro Algardi et le Bernin) et une importante collection de sculptures antiques allant de la période archaïque à la période hellénistique, qui font toutes partie de l’itinéraire de la visite du Palais.