Centrale Montemartini

(0)
from/per person 40
  • Musées
  • Groupes acceptés
  • Skip-the-Line Access
  • Visite de 3 heures
  • Visite individuelle
Authorized travel agencies could book transportations, headphones and other additional services.

Description

Visite Centrale Montemartini

La centrale thermoélectrique dédiée à Giovanni Montemartini, conseiller municipal, inaugurée en 1912, se situe sur la Via Ostiense, dans un quartier où, dans ces années-là, a débuté une industrialisation systématique.

La Centrale

La zone, en effet, présentait une série d’avantages considérables pour la création d’un quartier de ce type: placé près du Tibre, situé en dehors des limites de l’octroi et donc libre de toute taxe sur le carburant, il était aussi facilement accessible par les convois de fret sur le tronçon ferroviaire Termini – Trastevere.
La conception technico-financière de la première usine privée destinée à produire de l’électricité à Rome comprenait l’utilisation de moteurs et de chaudières à vapeur, plus tard remplacés par des machines diesel fournies par la société Tosi, caractéristique particulière du musée. En 1997, ce lieu subit une transformation radicale passant d’exemple remarquable d’archéologie industrielle à musée fonctionnel, avec le transfert de centaines de sculptures lors de la restructuration de secteurs entiers du pôle expositif des musées du Capitole.

La Visite de la Centrale Montemartini

Dans le musée, est conservé un certain nombre d’oeuvres trouvées à Rome dans les fouilles de la fin du XIXème et début du XXème siècles, la période la plus fructueuse de l’archéologie romaine. Les découvertes datant de ces années sont nombreuses et ont grandement contribué à la connaissance de la topographie de la ville antique. L’exposition reconstitue de nombreux monuments retraçant l’évolution urbaine à partir de la fin républicaine jusqu’à l’époque impériale tardive.
Comptant parmi les œuvres principales, citons les statues du fronton du temple d’Apollon Sosien, originaux grecs du Vème siècle av. J.-C., la fresque avec scènes militaires de la tombe des Fabii, de l’Esquilin, datant de la première moitié du IIIème siècle av. J.-C., le “togatus Barberini” de la dernière décennie du Ier siècle av. J.-C., le portrait de Cléopâtre du Ier siècle av. J.-C-, la statue d’ Agrippine la Jeune en Orante, en basanite, du Ier siècle ap. J.-C. ainsi que la grande mosaïque avec scènes de chasse provenant des Horti Liciniani et réalisée au IVème siècle ap.J.-C.